En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Agorithme diagnostique devant des douleurs antérieurs sur PTG

Paru dans le numéro N°317 - Octobre 2022
Article consulté 190 fois

Agorithme diagnostique devant des douleurs antérieurs sur PTG

Par Alban Pinaroli, Laurent Buisson, Gilles Estour, Vincent Morin dans la catégorie MISE AU POINT
Médipôle de Savoie, Avenue des Massettes, 73190 Challes-Les-Eaux

Les douleurs antérieures persistantes sont un motif fréquent de non satisfaction après arthroplastie totale du genou, leur prévalence varie entre 4,8% et 44%. Le diagnostic ne se borne pas simplement à un problème d’articulation fémoro-patellaire.

Introduction

Les douleurs antérieures persistantes sont un motif fréquent de non satisfaction après arthroplastie totale du genou, leur prévalence varie entre 4,8% et 44% (1, 2, 3, 4). Le diagnostic ne se borne pas simplement à un problème d’articulation fémoro-patellaire. Ainsi la prévention des douleurs antérieures ne se limite pas à une éventuelle dénervation péri-patellaire peropératoire (5, 6, 7), voire à une « décompression » patellaire (8) ; et les débats concernant la résection ou non du fat pad (9, 10) et/ou le resurfaçage ou non de la rotule (11, 12, 13, 14) restent largement ouverts.

Le diagnostic étiologique précis d’une douleur antérieure sur Prothèse Totale de Genou est difficile, long, et doit être rigoureux. Il nécessite une démarche clinique complète et précise, ainsi que des examens paracliniques orientés (15). Il est donc nécessaire de connaître toutes les causes potentielles de douleurs sur PTG, en éliminant en premier lieu les causes graves, afin de proposer un traitement adapté au patient.

 

Etiologies des douleurs antérieures sur PTG.

En premier lieu, il est toujours important de repréciser au patient que des douleurs accompagnent toujours l’intervention avec épanchement abondant et hématome durant plusieurs semaines (16). La persistance de douleurs...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous