En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
A propos de

Paru dans le numéro N°280 - Janvier 2019
Article consulté 92 fois

A propos de "Réflexions sur l'idée nouvelle" de Alain C. Masquelet

Par Levon Doursounian dans la catégorie FORUM
Paris / [email protected]

J’aime les « Réflexions » d’Alain Charles Masquelet (ACM). Elles me confortent dans ma conviction que la chirurgie est avant tout un acte de pensée. D’ordinaire je lui fais part de mes critiques sur la première mouture qu’il me soumet et il en tient plus ou moins compte dans sa version finale.

 

J’aime les « Réflexions » d’Alain Charles Masquelet (ACM). Elles me confortent dans ma conviction que la chirurgie est avant tout un acte de pensée. D’ordinaire je lui fais part de mes critiques sur la première mouture qu’il me soumet et il en tient plus ou moins compte dans sa version finale.

Cette fois, il s’est attaqué à un sujet vaste et particulièrement sensible car je ne connais aucun collègue orthopédiste qui n’ait été aiguillonné à un moment ou à un autre par le démon de l’innovation. Moi même, cédant à la tentation, j’ai décidé d’innover mes façons de critique et de les faire directement dans les pages de MO. J’y vois plusieurs avantages.

D’abord cela permet de mettre en perspective les écrits d’ACM et d’attirer l’attention des collègues sur son exposé. Ensuite cela pourrait encourager le lecteur à donner son point de vue sur le sujet. Enfin et cela fait partie de nos taquineries habituelles, cela lui donnera la certitude qu’au moins une personne à lu attentivement sa Tribune.

Allons-y.

Je l’approuve dans sa distinction entre « nouvelle idée » et « idée nouvelle », cette dernière étant sans doute l’étiquette de la vraie innovation mais je rajouterais un sens supplémentaire à « nouvelle idée », celui de « encore » c’est à dire « encore une idée ». Ainsi, lorsqu’un...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous