En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

11 articles trouvés

Paru dans le numéro N°246 - Août/Septembre

Ostéosynthèse des fractures thalamiques du calcanéus  par clou verrouillé (Calcanail)

Ostéosynthèse des fractures thalamiques du calcanéus par clou verrouillé (Calcanail) Par Patrick SIMON*, Mario GOLDZAK**

Nombre de chirurgiens traumatologues traitent encore aujourd’hui les fractures articulaires du calcanéus orthopédiquement, mot pudique pour cacher bien souvent un abandon thérapeutique. Pourtant, comme toutes les fractures articulaires, les fractures thalamiques déplacées du calcanéus requièrent une réduction de la surface articulaire la plus anatomique possible et un repositionnement de la surface reconstruite à la bonne hauteur, seuls gages d’un résultat fonctionnel satisfaisant, c’est-à-dire une marche indolore en tout terrain.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°206 - Août 2011

Utilisation du fixateur externe en

Utilisation du fixateur externe en "Damage control" orthopédique Par L. Mathieu*, C. Diouf Niang**, G. Greff*, F. Rongieras*, S. Rigal***

Le « damage control » chirurgical a été initialement développé pour faire face aux traumatismes abdominaux avec hémorragie massive. Il repose sur une stratégie séquentielle en trois temps : laparotomie écourtée pour le contrôle des hémorragies et de la contamination bactérienne ; réanimation pour corriger l’hypothermie, la coagulopathie et l’hypovolémie ; puis chirurgie secondaire pour le traitement définitif des lésions sur un patient stabilisé.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°183 - Avril 2009

Utilisation des doubles voies d'abords simultannées pour l'ostéosynthèse des fractures complexes du cotyle : La technique toulousaine

Utilisation des doubles voies d'abords simultannées pour l'ostéosynthèse des fractures complexes du cotyle : La technique toulousaine Par F. Baque -1, J.-M. Laffosse -2, H. Durrafour -4, J.-L. Tricoire -2, G. Giordano -3, P. Chiron -2, J. Puget -2

Les voies de Kocher-Langenbeck et ilio-inguinale sont actuellement les voies d’abords les plus utilisées pour l’ostéosynthèse des fractures du cotyle. Le choix d’utilisation d’une approche ou de l’autre dépendra du type de fracture et du déplacement. La plupart des cas de fractures peuvent être opérés logiquement par un de ces deux abords avec un bon contrôle de la réduction. Il existe cependant des cas de fractures particulièrement difficiles, déplaçant les deux colonnes, pour lesquels la réduction anatomique est impossible par une voie unique de Kocher-Langenbeck ou par une voie ilio-inguinale seule.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°183 - Avril 2009

La vis plaque

La vis plaque "Traumax" pour l'ostéosynthèse percutannée des fractures de l'extrémité supérieure du fémur : Une vis plaque dynamique, modulable et à vis bloquées Par P. Chiron, H. Bensafi, N. Reina, J.M. Laffosse, J.M. Frieh, L. Doursounian

Le vieillissement de la population et l'efficacité relative des traitements curatifs de l'ostéoporose sont à l'origine d'une hausse exponentielle du nombre de fractures de l'extrémité supérieure du fémur ! D’après les chiffres de l'INSEE, il y aurait eu en France en 2006, 60 000 fractures de l'extrémité supérieure du fémur opérées dont environ 40 000 fractures du trochanter et 20 000 fractures cervicales. Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes ; le risque d'avoir une fracture de l'extrémité supérieure du fémur chez la femme entre 75 et 85 ans est de 11 /1000 et de 33/1000 après 85 ans.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°182 - Mars 2009

L'utilisation des ancres en traumatologie

L'utilisation des ancres en traumatologie Par G. Laroche

Elles ont été imaginées pour réinsérer dans un os des tendons ou des ligaments. Jusqu’à leur mise au point on ne pouvait le faire qu’en pratiquant des petits tunnels osseux à la mèche fine pour y passer les fils de réinsertion. Ce n’était pas toujours facile, pour certaines localisations on aurait aimé inventer la mèche courbe !!! Car ces tunnels n’étaient aisément utilisables que si les deux extrémités en étaient accessibles : pas de problèmes pour une fibula par exemple, mais il en allait tout autrement pour une face latérale de calcanéus…

Lire l'article

Paru dans le numéro N°137 - Octobre 2004

Principes généraux de la réduction et de l'ostéosynthèse des fractures thalamiques du calcaneum

Principes généraux de la réduction et de l'ostéosynthèse des fractures thalamiques du calcaneum Par B. Chaminade, P. Chiron

La compréhension de la bonne position des traits de fractures et du déplacement des fragments articulaires permet de conduire les gestes qui assureront la réduction que ce soit à foyer ouvert ou à foyer fermé. La compréhension de l'architecture du calcanéum permet de choisir la zone où l'ostéosynthèse aura la prise la plus solide tout en neutralisant les forces de cisaillement.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°137 - Octobre 2004

L'ostéosynthèse des fractures thalamiques du calcaneum par plaques

L'ostéosynthèse des fractures thalamiques du calcaneum par plaques "1/4 de tube" montées en triangulation : technique chirurgicale Par C. Chaussard, D. Saragaglia

L'ostéosynthèse par plaque vissée des fractures du calcanéum n'est pas une méthode nouvelle. Décrite pour la première fois en 1966 par R. Judet, cette technique a fait progressivement des adeptes, tout d'abord en Italie avec A. Lanzetta, ancien élève de R. Judet, puis en France avec H. Bèzes et S.R. Babin, qui, dès le début des années 1970, prônèrent l'ostéosynthèse par plaque vissée des fractures thalamiques du calcanéum. Plus récemment, les chirurgiens de l'A.O.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°122 - Mars 2003

Fractures de Montegglia à déplacement postérieur opérées

Fractures de Montegglia à déplacement postérieur opérées Par D. Ring*, J. Tavakolian*, P. Kloen**, D. Helfet**, J. Jupiter*

La fracture de Monteggia à déplacement postérieur est la plus fréquente des fractures de Monteggia de l'adulte ; elle survient surtout chez la femme âgée ostéoporotique. Le déplacement secondaire après ostéosynthèse, avec récidive du déplacement initial et subluxation postérieure de l'articulation radio humérale est la complication la plus fréquente de ces fractures.

Lire l'article