En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Le 01/11/2005

N°148 - Novembre 2005

N°148 - Novembre 2005

Article : Comment implanter une prothèse d'épaule inversée ? Par Ph. Valenti, D. Katz

La prothèse d’épaule inversée, développée et popularisée en Europe par Paul Grammont depuis 1985, représente une solution thérapeutique qui a fait actuellement ses preuves dans les omarthroses excentrées douloureuses du sujet âgé. Les indications se sont progressivement élargies aux ruptures irréparables de la coiffe des rotateurs, avec ou sans arthrose responsable d’une épaule pseudo-paralytique et douloureuse malgré une rééducation prolongée. C’est aussi une solution de sauvetage en cas d’échec d’arthroplastie humérale simple ou totale d’épaule.

Lire l'article

Article : La prothèse inversée d'épaule dans les ruptures massives et irréparables de la coiffe des rotateurs Par M. Juvenspan, G. Nourissat, L. Doursounian

Le traitement des ruptures massives et irréparables de la coiffe des rotateurs est compliqué et reste un sujet de controverse. Différentes options thérapeutiques proposées ont montré leurs limites. Les lambeaux de deltoïde ou de latissimus dorsi sont des procédures à réserver aux sujets jeunes (< 65 ans), chez lesquels la rupture de coiffe ne concerne pas le tendon du subscapularis et qui présentent une arthrose limitée (Fukuda <3). Chez le patient plus âgé, l’arthrolyse chirurgicale (associée ou non à une acromioplastie ou à une ténotomie de la longue portion du biceps) a montré ses limites. Elle permet de diminuer les douleurs mais améliore peu la mobilité et pas la force.

Lire l'article

Article : Le conflit antérieur de hanche. Physiopathologie, imagerie et implications thérapeutiques Par F. Laude* ***, A. Nogier**, B. Roger***

Pendant de nombreuses années, les orthopédistes se sont intéressés à la hanche d’une manière statique. Tous les calculs de coxométrie se faisaient sur une radiographie de face debout et sur le fameux faux profil de Lequesne. Depuis quelques années, il a fallu se rendre à l’évidence que pour comprendre certaines coxarthroses, il fallait introduire la notion de mouvement.

Lire l'article

Article : Les Par D. Moulies, Ph. Peyrou

Une douleur aigue du pied ou de la cheville de l’enfant sportif est très vite étiquetée " entorse ", tant le phénomène est banal entre onze et quinze ans. Passons sur la qualité de la prise en charge de cette traumatologie banale, disons seulement qu’elle est très diversifiée. Les recommandations sont peu adaptées à l’enfant, les techniques d’immobilisation sont mal acceptées par les familles, etc. De ce fait, nous voyons de plus en plus de jeunes adolescents consulter pour douleurs du pied, étiquetées " récidive d’entorse ".

Lire l'article

Article : Les fractures de l'épidcondyle latéral de l'humérus Par B. Longis, P. Peyrou, D. Moulies

Les fractures de l’épicondyle latéral gardent une mauvaise réputation chez l’enfant. Classées Salter III ou IV et parfois peu déplacées, elles sont malgré tout grevées de complications tels un déplacement secondaire, une pseudarthrose, une épiphysiodèse de l’extrémité distale de l’humérus ou une nécrose de la trochlée ou de l’épicondyle.

Lire l'article

Article : Paul Dautry chirurgien Par Maitrise orthopédique

Il a marqué ceux qui l’ont côtoyé tant par l’originalité de sa personnalité chirurgicale que comme personnage haut en couleur. Le souvenir qu’il a laissé à ses collègues, au personnel hospitalier et à ses patients mérite un rappel de quelques épisodes et faits marquants de sa carrière.

Lire l'article

Article : Mémoires de l'Académie de Chirurgie - Séance du 2 novembre 1938 Par M. Louis Bazy

Contre les formes graves d’arthrite sèche de la hanche, celles pour lesquelles la thérapeutique médicale, les traitements balnéaires et les tunnellisations du col ou de la tête sont insuffisants, nous n’avons longtemps disposé que de deux interventions

Lire l'article

Article : Le concept de grand flexion et le mini-abord dans l'arthroplastie totale du genou Par J.N. Argenson, X. Flecher, S. Parratte, S. Airaudi, J.M. Aubaniac

Depuis son introduction en 1974, l’arthroplastie totale du genou est une intervention dont les progrès techniques permettent une amélioration constante des résultats. Le but est l’obtention d’un genou indolore, stable et mobile et la pérennité de la fixation pour le long terme. Cela rend en général nécessaire la pratique d’une exposition suffisante pour la mise en place de l’instrumentation afin d’obtenir le placement idéal des implants. Certaines évolutions récentes visent à obtenir de meilleurs résultats fonctionnels avec une récupération plus rapideet une meilleure flexion postopératoire, tout en respectant la même rigueur d’implantation.

Lire l'article