En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

SAMIH TARABICHI

Paru dans le numéro N°258 Book 2 - November 2016
Entretien consulté 577 fois

SAMIH TARABICHI

Samih Tarabichi exerce au Burjeel hospital de Dubaï dans les Émirats Arabes Unis où il s’est taillé une solide réputation dans le domaine de l’arthroplastie prothétique du genou.
Après des études médicales en Syrie et une spécialisation orthopédique nord américaine, Samih Tarabichi a exercé en Floride. Puis, il s’est installé à Dubaï et il s’est particulièrement intéressé à la récupération de la flexion complète du genou après PTG.

Où avez-vous fait vos études médicales ?

Je suis né en Syrie. Je suis d’origine syrienne. J’ai fait mes études médicales à l’Université de Damas qui est une très ancienne école et je pense la seule université au monde qui enseigne la médecine en arabe. L’ancienne école de médecine syrienne a pris un réel essor lors du protectorat français et a acquis la stature d’une université mais l’enseignement a été maintenu en arabe car les patients ne parlaient pas d’autre langue.

Qu’elle était votre spécialité ?

J’étais médecin généraliste. Mon frère faisait son internat aux Etats Unis à Chicago et m’a proposé de le rejoindre. Je suis donc allé pour me spécialiser à Chicago et cela me posait un problème car il fallait que je me mette à l’anglais. Durant mes études médicale j’avais bien aimé l’orthopédie et comme il y avait un réel manque d’orthopédiste en Syrie je me suis donc dit que ce serait une spécialisation utile.

Cela n’a pas du être facile ?

Pas vraiment. Il m’a fallu beaucoup travailler pour faire une « residency » aux USA et la chirurgie orthopédique était un domaine particulièrement compétitif. Cela m’a pris beaucoup de temps. J’ai fait des travaux de recherche à l’université de l’Ohio et par la suite j’ai pu avoir un poste de résident en orthopédie à l’université Mc...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous

Paru dans le numéro N°258 Book 2 - November 2016