En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

JOE DE BEER

Paru dans le numéro N°253 - April 2016
Entretien consulté 355 fois

JOE DE BEER

Cape Shoulder Institute, Panorama, South Africa

Installé à Capetown, Joe de Beer est l’un des chirurgiens des célèbres équipes sportives d’Afrique du Sud.
Il réalise l’une des plus grosses activités de chirurgie de l’épaule de son pays et probablement du continent.
Ce sympathique Afrikaner a une approche personnelle de la chirurgie de l’épaule qui lui vaut l’estime de la spécialité et il milite activement pour que les orthopédistes aient la maîtrise de l’échographie.
Nous l’avons rencontré au Paris International Shoulder Course.

Qu’avez-vous présenté à ce congrès ?

Essentiellement l’examen échographique de l’épaule et avec quelques collègues français, j’ai réalisé un atelier pratique pour montrer aux orthopédistes comment faire correctement une échographie de l’épaule.

Mais pourquoi les orthopédistes devraient-ils se mettre à l’échographie ?

Bonne question. Cet examen est très utile pour les chirurgiens de l’épaule. Regardez nos confrères gynéco-obstétriciens et cardiologues : ils s’y sont mis depuis des années. Même s’ils ont dû affronter une forte opposition des radiologistes, ils ont fini par s’approprier cette technique diagnostique. Dans ma pratique l’écho fait partie de l’examen du patient et c’est en quelque sorte ma « troisième main ». Et si vous comparez au scanner ou à l’IRM je peux vous affirmer que c’est un examen complémentaire instantané, anodin et très bon marché. Par ailleurs, à côté de l’intérêt diagnostic majeur, c’est très utile en cas d’infiltration ou de trituration pour guider l’aiguille.

Mais même avec une maîtrise de l’écho, pouvez-vous obtenir des informations sur la qualité des tissus comme avec une IRM ?

Evidemment vous n’aurez pas certaines informations que donne l’IRM comme l’infiltration graisseuse ou l’atrophie tissulaire mais vous pourrez le plus souvent voir la...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous

Paru dans le numéro N°253 - April 2016