En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

JEAN-LOUIS BRIARD

Paru dans le numéro N°254 - May 2016
Entretien consulté 763 fois

JEAN-LOUIS BRIARD

Jean-Louis Briard a tant milité et publié dans le domaine de l’arthroplastie prothétique du genou qu’on n’imagine pas qu’il a eu, sous l’égide de son Maître Jean Cauchoix une longue et solide formation en chirurgie du rachis.
Son parcours professionnel remarquable de par son résidanat à Harvard et ses nombreux séjours en Chine et dans toute l’Asie le désigne comme un chirurgien emblématique de la mondialisation.

Où en êtes-vous de votre vie professionnelle ?

Ma carrière professionnelle libérale a duré de 1981 à 2015 et j’ai été chirurgien orthopédiste à la clinique du Cèdre à Rouen. J’ai eu la chance de succéder à Philippe Cartier qui était déjà chirurgien d’une seule articulation et qui clamait ce slogan : une ville, un chirurgien, une articulation. De sorte qu’il m’a contaminé et je suis devenu chirurgien exclusif du genou. Philippe Cartier avait été mon chef de clinique à Paris et il m’avait dit : « tu ne seras pas agrégé ici, mais je te nommerai à Rouen », et il m’a nommé à Rouen !

Et lui s’est complètement retiré de Rouen ?

Il est allé à Paris mais à un moment il n’était pas sûr que ça marche et il m’a demandé de revenir se réinstaller avec moi, mais la clinique a refusé. C’est très curieux, ils avaient peur d’avoir deux personnes très actives dans le même établissement. Fort heureusement, cela a très bien marché par la suite à Paris pour Philippe Cartier.

En quoi consistait votre activité professionnelle récente ?

Je faisais une douzaine de prothèses du genou par semaine ainsi que des ligamentoplasties et des arthroscopies. Puis un jour, j’ai pensé qu’à mon âge il était temps de m’arrêter pour ne pas sombrer dans le ridicule. Je n’avais pas envie de me retrouver diminué et...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous

Paru dans le numéro N°254 - May 2016