En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

ALAIN FARRON

Paru dans le numéro N°255 - Juin/Juillet 2016
Entretien consulté 287 fois

ALAIN FARRON

Cette année, le congrès de l’EFORT, la Fédération Européenne des Associations d’Orthopédie Traumatologie, s’est tenu à Genève, et était combiné avec le congrès de la Société Suisse d’Orthopédie et de Traumatologie. A cette occasion, nous avons fait la connaissance d’Alain FARRON, président de la Société Suisse d’Orthopédie et de Traumatologie et coprésident du congrès de l’EFORT.
Il exerce à Lausanne et il s’intéresse particulièrement à la chirurgie de l’épaule.

Comment se porte l’EFORT ?

L’EFORT se porte très bien mais je dois préciser que je suis présent en tant que président de la société Suisse d’Orthopédie et de Traumatologie associée à ce congrès. C’est le 17ème congrès de l’EFORT mais également le 3ème congrès combiné. Les précédents étaient en 2015 à Londres avec la British Orthopaedic Association et en 2010 à Madrid avec la Societa Espanola de Cirugia Ortopedica y Traumatologia.

Qui fréquente l’EFORT ?

L’EFORT c’est évidemment les orthopédistes d’Europe, mais l’intérêt pour l’EFORT est très variable d’un pays à l’autre. On en a une assez bonne image si on se penche sur la participation au congrès des différents pays. Si vous analysez par exemple la participation à Prague, le gros noyau y était constitué par les Anglais qui constituaient 20 à 25 % des présences ; ensuite il y avait une participation relativement forte des pays du Sud et de l’Est ; les nordiques devaient faire entre 5 et 10 % et les Allemands un peu moins. Les participants non européens essentiellement asiatiques, représentent plus de 20%. Pour finir, la participation des Français était assez faible puisqu’elle se situait autour de 4% alors même qu’il y a beaucoup de Français dans les comités. Cette année le Chairman du comité d’éducation donc celui qui a...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous

Paru dans le numéro N°255 - Juin/Juillet 2016