En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Reconstructions arthroscopiques capsulo-ligamentaires de hanche

Paru dans le numéro N°259 - Décembre 2016
Article consulté 530 fois

Reconstructions arthroscopiques capsulo-ligamentaires de hanche

Par N. Tardy (1), J.L. Prudhon (1), M.J. Philippon (2) dans la catégorie TECHNIQUE
(1) Centre ostéo-articulaire des Cèdres , 5 rue des Tropiques, Parc Sud Galaxie, 38130 Echirolles – Clinique des Cèdres / (2) Steadman Clinic, Vail, Colorado (USA)

L’arthroscopie de hanche a connu un essor majeur ces dernières années. Simple outil diagnostic au départ, elle permet désormais de traiter de nombreuses pathologies en particulier chez les patients jeunes et actifs en s’intégrant dans un concept plus large de chirurgie conservatrice.

Introduction

L’arthroscopie de hanche a connu un essor majeur ces dernières années [1,2]. Simple outil diagnostic au départ, elle permet désormais de traiter de nombreuses pathologies en particulier chez les patients jeunes et actifs en s’intégrant dans un concept plus large de chirurgie conservatrice [3–5].

L’exploration non invasive de la hanche par arthroscopie permet l’étude de structures profondes telles que le labrum, le ligament rond (LR) ou le complexe capsuloligamentaire [6]. Il est devenu évident que les reliefs osseux n’étaient pas seuls responsables de la stabilité de la hanche mais que les parties molles étaient également des stabilisateurs essentiels [7].

Le rôle majeur du complexe capsuloligamentaire, du labrum et du ligament rond dans la stabilité de la hanche a fait l’objet d’études biomécaniques récentes [7–12] débouchant sur le concept de « micro-instabilité de la hanche » [13–15]. La préservation et/ou la réparation de ces éléments anatomiques apparaît donc primordiale avec des résultats cliniques supérieurs au simple débridement [16–19].

Cependant, lorsque ces structures sont irréparables, des méthodes de reconstructions permettent de pallier à ces déficiences. Les résultats cliniques à court terme de ces techniques complexes de reconstruction sont...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous