En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

L’instabilité longitudinale du cadre antébrachial : Syndrome d’Essex-Lopresti.

Paru dans le numéro N°261 - February 2017
Article consulté 692 fois

L’instabilité longitudinale du cadre antébrachial : Syndrome d’Essex-Lopresti.

Par Bertrand Coulet dans la catégorie MISE AU POINT
Service de chirurgie de la main et du membre supérieur, chirurgie des paralysies Hôpital Lapeyronie, CHU Montpellier - Avenue du doyen Gaston Giraud 34295 Montpellier cedex 5 / Email : b-coulet@chu-montpellier.fr - bertrand-coulet@wanadoo.fr

C’est en 1951 qu’Essex-Lopresti décrit le syndrome portant son nom, à partir de deux cas associant une fracture de la tête radiale et une luxation Radio-Ulnaire Distale (RUD). Cette lésion entre dans un cadre nosologique plus large d’instabilité longitudinale de l’avant-bras, déjà décrit en 1946 par Curr and Coe.

 

C’est en 1951 qu’Essex-Lopresti (1) décrit le syndrome portant son nom, à partir de deux cas associant une fracture de la tête radiale et une luxation Radio-Ulnaire Distale (RUD). Cette lésion entre dans un cadre nosologique plus large d’instabilité longitudinale de l’avant-bras, déjà décrit en 1946 par Curr and Coe (2). Cette désorganisation du cadre antébrachial (CAB) résulte d’une lésion des moyens d’unions entre le radius et l’ulna en regard des articulations radio-ulnaires proximales et distales, mais aussi par lésion de la membrane interosseuse. Trousdale et al. (3) en 1992 posent réellement la problématique de cette lésion, tout d’abord un diagnostic à la phase initiale fait dans seulement un quart des cas et une prise en charge des lésions chroniques difficiles avec à peine 20% de bons résultats.

Le diagnostic initial de ces lésions est probablement l'élément essentiel de la prise en charge, car seule la cicatrisation des stabilisateurs du CAB, tête radiale, membrane interne osseuse, TFCC (Triangular Fibro Cartilage Complex), est garante d'une fonction correcte du système. Une prise en charge secondaire, conduira à des résultats aléatoires, voire parfois seulement à un traitement palliatif symptomatique.

Une connaissance précise des moyens de stabilisation du CAB et...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous