En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Coût économique en France de l’instabilité des Prothèses de Hanche

Paru dans le numéro N°263 - Avril 2017
Article consulté 269 fois

Coût économique en France de l’instabilité des Prothèses de Hanche

Par J-A. Epinette (1), A. Lafuma (2) dans la catégorie CONGRÈS
(1). Centre de recherche et documentation des arthroplasties, clinique médico-chirurgicale, 200, rue d'Auvergne, 62700 Bruay-Labuissière, France jae@orthowave.net / (2). CEMKA-EVAL-économie de la santé-modélisations, 43, boulevard du Maréchal-Joffre, 92340 Bourg-La-Reine, France

Selon l’adage bien connu, la santé n’a pas de prix, mais elle a un coût… En ces périodes de disette des organismes de couverture sociale, il n’est pas inutile de se pencher sur les conséquences en termes de charge financière de telle ou telle option thérapeutique, au risque de heurter de front certaines « vérités premières » qui ne le sont peut-être plus tout-à-fait à l’heure actuelle.

« La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût »

Selon l’adage bien connu, la santé n’a pas de prix, mais elle a un coût… En ces périodes de disette des organismes de couverture sociale, il n’est pas inutile de se pencher sur les conséquences en termes de charge financière de telle ou telle option thérapeutique, au risque de heurter de front certaines « vérités premières » qui ne le sont peut-être plus tout-à-fait à l’heure actuelle. Selon un article récent de Shearer et al [1], « les complications à court-terme ont un impact plus important en termes de coûts que celui de la longévité des implants ». Cette assertion, basée sur le modèle économique de Markov à propos de la conséquence des infections précoce, pourrait parfaitement s’adapter aux conséquences de l'instabilité prothétique après prothèse de hanche (PTH), laquelle est en effet devenue l'une des causes principales d'échec prothétique. Cette instabilité de hanche n'est pas seulement un drame personnel pour nos patients, mais également un véritable fléau économique en raison du coût des réhospitalisations, réinterventions éventuelles, prise en charge rééducative et incapacité fonctionnelle à tous niveaux [fig. 1].

Fig. 1 : L’instabilité est la première ou la deuxième cause d’échecs après prothèse de hanche, dans...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous