En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Chirurgie de l’hallux valgus : étude de sinistralité

Paru dans le numéro N°264 - Mai 2017
Article consulté 499 fois

Chirurgie de l’hallux valgus : étude de sinistralité

Par Laurent GALOIS (1), Jean-Marie SERWIER (2) dans la catégorie ACTUALITÉ
(1) Chirurgien Orthopédiste, Professeur des Universités-Praticien Hospitalier, Expert Judiciaire, Hôpital Central, CHU Nancy, 29 av de Lattre de Tassigny, 54035 Nancy Cedex. - (2) Chirurgien Orthopédiste, Expert judiciaire, Chef de service Clinique Universitaire Saint-Joseph-de-Mons (Belgique), Maître de Stage des Universités, chef de pôle en chirurgie orthopédique (S.A.S. François Branchet) / l.galois@chru-nancy.fr

Les techniques chirurgicales visant à corriger l’hallux valgus sont très nombreuses dans la littérature. Néanmoins depuis l’avènement de la technique de « scarf » dans les années 90, les techniques d’ostéotomies ont pris le pas sur les gestes isolés des parties molles. Plus récemment, de nouvelles techniques sont apparues notamment mini-invasives et percutanées, suscitant beaucoup d’attente et d’espoir de la part de nos patients à la recherche de techniques toujours moins…

Introduction

Les techniques chirurgicales visant à corriger l’hallux valgus sont très nombreuses dans la littérature. Néanmoins depuis l’avènement de la technique de « scarf » dans les années 90 (1), les techniques d’ostéotomies ont pris le pas sur les gestes isolés des parties molles. Plus récemment, de nouvelles techniques sont apparues notamment mini-invasives et percutanées, suscitant beaucoup d’attente et d’espoir de la part de nos patients à la recherche de techniques toujours moins… chirurgicales. Cependant, quelles soient à ciel ouvert ou percutanées, il ne faut pas oublier qu’il s’agit de procédures chirurgicales potentiellement génératrices de complications. Les échecs et complications propres à ces différentes techniques sont connus et ont fait l’objet d’un certain nombre de publications (2-4). Néanmoins, la sinistralité réelle engendrée par ces complications n’a jamais été évaluée jusqu’à présent. L’objectif de cette étude est de faire un état des lieux de la sinistralité de la chirurgie de l’hallux valgus grâce à l’étude des dossiers recensés auprès de la base de données d’une compagnie d’assurances spécialisée en responsabilité civile professionnelle (MIC BRANCHET) comportant 10000 sinistres en chirurgie orthopédique sur une période de 10 ans...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous