En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Arthroplastie de hanche et instabilité

Paru dans le numéro N°263 - April 2017
Article consulté 591 fois

Arthroplastie de hanche et instabilité

Par A. Viste, R. Desmarchelier, M-H. Fessy dans la catégorie CONGRÈS
Hospices Civils de Lyon, Centre Hospitalier Lyon-Sud, Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, 69495 Pierre-Bénite Cedex, France IFSTTAR, UMRT_ 9406, Laboratoire de Biomécanique et Mécanique des Chocs, 25 Avenue Mitterrand, 69500 Bron, France

Il reste encore bien difficile de donner un taux de luxation dans l’arthroplastie totale de hanche. Cependant, cette complication demeure une réelle préoccupation du monde chirurgical. Tout épisode de luxation est un drame pour le patient qui voit sa qualité de vie s’altérer et les inquiétudes apparaitre.

Introduction

Il reste encore bien difficile de donner un taux de luxation dans l’arthroplastie totale de hanche. Cependant, cette complication demeure une réelle préoccupation du monde chirurgical. Tout épisode de luxation est un drame pour le patient qui voit sa qualité de vie s’altérer et les inquiétudes apparaitre. Tout épisode de luxation est vécu comme un échec par le chirurgien qui doit en rechercher l’explication car cela met en jeu sa réputation. Nous verrons pourtant que les facteurs sont souvent multiples et sans lien parfois avec la technique du chirurgien. Tout épisode de luxation a aussi des conséquences médico-économiques non négligeables du fait des réhospitalisations, des examens complémentaires, voire des reprises éventuellement nécessaires. C’est une complication à laquelle sera confronté tout chirurgien de la hanche et qui survient quel que soit le matériel utilisé et quelle que soit la voie d’abord.

 

Terminologie

La luxation est une perte complète de contact des surfaces articulaires.

On la qualifie :

En fonction de la date

- Luxation immédiate : dans les 2 semaines post-opératoire ;
- Luxation précoce : dans l’année post-opératoire ;
- Luxation tardive : entre 1 et 5 ans post-opératoire ;
- Luxation très tardive : au-delà de 5 ans.

En fonction de la...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous